Pour Bridget et Edouard Dommen

Une même passion, l'écriture






Bridget et Edouard Dommen ont publié chacun un livre à la fin de l’an dernier. Rencontre avec ces deux Bellevistes, qui ont une passion commune: l’écriture.

Bridget a signé son sixième ouvrage destiné à la jeunesse. Il a pour titre Jean Capodistrias artisan de la neutralité suisse père de l’indépendance grecque (Editions Cabédita, Bière). Grec né à Corfou en 1776, diplomate au service du tsar de Russie, Capodistrias a réussi à sauver la Suisse de l’implosion après les guerres napoléoniennes et à faire reconnaître la neutralité du pays au Congrès de Vienne en 1815. Pourtant, ce personnage reste peu connu du grand public.
L’auteure insiste sur ses qualités: art de la négociation et du compromis, importance de l’écoute, respect de l’autre. Ce sont ces valeurs que Bridget veut transmettre aux jeunes générations par le biais de brèves biographies consacrées à des personnages qui ont marqué notre passé.

Pour sa part, son mari, l’éthicien protestant Edouard Dommen, a publié un livre intitulé Aimer la création comme soi-même (Editions Nicolas Junod, Genève) avec des illustrations de l’artiste peintre Jane Le Besque. Le Belleviste cite la Bible «Aime ton prochain comme toi-même », mais il souligne qu’il faut dépasser cette notion anthropocentriste et l’étendre à toute la création. «Le grand défi, dit-il, c’est le vivre ensemble. L’Homme, l’humain, fait partie d’un écosystème comme tous les êtres vivants. Il faut tout faire pour le conserver.»
En écho à ces propos, l’écrivain cite le pape François qui, dans son encyclique Laudato si, parue en 2015, écrit ceci: «La création est de l’ordre de l’amour. L’amour de Dieu est la raison fondamentale de toute la création.»
Le livre d’Edouard Dommen se termine par cette citation du généticien britannique Sam Berry: «Oeuvrer avec Dieu à soigner la création n’est pas une option; c’est inséparable de la plénitude de l’humanité.»

Bref, deux écrivains au style très différent, mais qui nous incitent tous deux à la réflexion tant sur notre passé que sur notre avenir.
Retour